ADI NES
BIBLICAL STORIES
Paris
26 January – 08 March 2008

Adi Nes, qui vit et travaille à Tel Aviv, nous propose une réponse intéressante à la question de la place de l’artiste dans un pays en situation de conflit. Si ce contexte n’est pas l’unique sujet de son travail, on ne peut l’ignorer dans ses différentes séries qui prennent place tour à tour dans l’armée, les scènes de rues ou bien encore l’univers carcéral.

Les oeuvres d’Adi Nes témoignent d’un savant et minutieux travail de mise en scène, réalisé en référence directe à certaines oeuvres issues de l’histoire de l’art. Il s’agit d’une réinterprétation iconographique et théorique des sujets originaux transposés dans un contexte et un environnement contemporains. Cependant l’attention de Nes s’oriente particulièrement vers les typologies picturales. Plutôt que de se référer à une oeuvre spécifique, le travail de l’artiste porte d’avantage sur les caractères génériques et sur les modes d’organisation spatiale dans la peinture.

Ce qui fait la particularité d’Adi Nes c’est l’intelligence qu’il applique à juxtaposer aux compositions classiques de l’histoire de la peinture, l’intensité de l’image cinématographique, dans des photographies qui nous révèlent essentiellement un regard critique sur son époque.

Pour son exposition à la galerie Praz-Delavallade Adi Nes présente sa nouvelle série « Biblical Stories ». Toutes les photographies de la série sont fondées sur des épisodes de l’Ancien Testament. Les héros de la nouvelle série de Nes sont des gens de la rue, les sans-abri, les marginaux vivants des vies misérables sans but ni avenir. Noé est ivre et nu, endormi à côté d’un distribiteur de DVD; Jonathan est représenté en enfant battu reposant dans les bras de David, Hagar est une mendiante à un coin de rue.

Les scènes enregistrées sont complètement fictives; tout est magistralement pré-conçu, mis en scène, chorégraphié autour de figurants à qui il n’est pas rare que Nes demande de rejouer plusieurs fois la scène. La série reflète aussi une hétérogénéité sociale croissante en Israël; apparue avec l’évolution rapide d’une société de la solidarité fondée sur des utopies égalitaires en une société capitaliste aliénante, fonctionnant à deux vitesses. Nes juxtapose les images de sans abris non–identifiés et les épisodes bibliques à la dure réalité de l’Israël d’aujourd’hui et au mythe du peuple choisi. Il projète cette image troublante de la société israëlienne moderne dans le passé du pays d’il y a deux mille ans. En superposant le quotidien à l’éternel, il montre comment la situation politique actuelle enraye le mythe d’un passé national glorieux.